Quantcast/
|

Le chapitre du CAC40 se referme pour Vivendi

Le chapitre du CAC40 se referme pour Vivendi
Vivendi, amaigri, va être remplacé par le spécialiste des services de paiements prépayés Edenred.

Après plus de 20 ans de présence au sein de l’indice phare de la Bourse de Paris, Vivendi, amaigri, va être remplacé par le spécialiste des services de paiements prépayés Edenred.

Vivendi Universal, puis Vivendi, avait fait son entrée dans le CAC 40 en 2000, lorsque la société s’était séparée de Vivendi Environnement, qui deviendra Veolia, et après l’intégration de Canal+, déjà présent au sein de l’indice vedette. Sa rétrogradation prendra effet le vendredi 16 juin, après la clôture des marchés.

Sa valeur en Bourse a été divisée par trois depuis septembre 2021, en grande partie en raison de la cession de son ancienne filiale Universal Music, qui représentait 46% des revenus du groupe en 2020.

Pour chaque révision trimestrielle, le Conseil scientifique d’Euronext, indépendant de la direction de l’opérateur boursier, se base sur deux critères, la capitalisation boursière flottante, qui est susceptible d’être échangée à court terme par les investisseurs, et les volumes échangés.

Avec plus de neuf milliards de capitalisation boursière, Vivendi n’est pas la plus petite entreprise du CAC 40 : elle devance Unibail-Rodamco-Westfield (6,4 milliards d’euros), et Teleperformance (6,9 milliards d’euros).

Mais outre sa plus faible capitalisation, Vivendi est depuis plusieurs mois l’objet de rumeurs d’une OPA de la part de son actionnaire de référence, Vincent Bolloré, qui détient déjà près de 30% du capital – une participation qui ne fait quasiment pas l’objet de transactions. Menée à son terme, une telle opération réduirait le capital flottant et pourrait même aller jusqu’à un retrait complet de la côte.

La newsletter

Toute l'actualité des médias et de la publicité chaque jour

S'inscrire gratuitement
Newsletter